La technologie, locomotive d’innovation

Chris-Pizzello_APLa technologie est parfois regardée avec condescendance. Elle ne serait que la mise en œuvre pratique de grandes stratégies élaborées par de brillants cerveaux 😉 Pourtant elle est aujourd’hui davantage qu’un simple outil, vu le degré de sophistication de notre société. Elle est d’ailleurs elle-même génératrice d’innovation.

Pour certains, l’évolution des nouveaux usages est le principal stimulant du développement des technologies. Mais le modèle inverse se vérifie aussi : des mordus de techno conçoivent des petits bijoux de technique par passion ou sens du défi puis, dans un second temps, on imagine les usages qui peuvent en découler. La production technique est donc une locomotive importante d’innovation, tout autant que l’aspiration des utilisateurs pour les usages nouveaux. Hélas, même avec beaucoup de créativité, certaines réalisations technologiques ne trouvent jamais leur usage. On dira alors pudiquement qu’elles sont « en avance sur leur temps » (!) ou, dans le pire des cas, on s’obstinera à créer coûte que coûte l’usage qui va avec, à grand renfort de marketing. Certains produits ou services ont en effet pour seul mérite la faisabilité technique, alors qu’ils sont par ailleurs parfaitement inutiles ! L’inflight magazine Skymall, que vous avez peut-être déjà feuilleté sur les vols American Airlines, donne un panorama assez large de ce qui peut exister au monde comme produits superflus 🙂

La techno qui surprend

La communication, elle aussi, se source largement dans les technologies pour évoluer. Et oui, un petit procédé technologique nouveau suffira parfois à surprendre le public, au moins un temps et c’est toujours ça de gagné ! Au rayon « la techno marrante qui nous en bouche un coin », on a connu comme ça les QR codes. Il y a une théorie biologique qui prétend que l’amour dure 3 ans. Entre le public et les QR codes, la romance a été encore plus courte ! Convenez-en, ce procédé s’est quand-même ringardisé particulièrement vite. En même temps, est-il vraiment plus rapide et pratique de télécharger une appli en 3G pour aller taguer un code qui nous emmènera comme par magie sur une page internet… que d’ouvrir son navigateur internet pour lancer une recherche à base de 3 ou 4 mots-clés qui aboutissent à la page internet en question ? Même à supposer qu’on ait déjà l’appli sur son smartphone, le gain de temps n’est pas toujours évident (et cela est d’autant plus vrai que la performance des/du moteur(s) de recherche s’est assez considérablement améliorée entre-temps).

Après le QR Code, on a eu de petites applications de réalité augmentée. Si vous en êtes déjà lassés, ne perdez pas espoir : on en est sûrement encore qu’au début dans ce domaine. Rappel pour les néophytes : la réalité augmentée consiste à incruster des images virtuelles dans des images réelles, ce qui transforme un support de communication basique en véritable expérience utilisateur. Got it? Les startups de la réalité augmentée (Enozone, Total Immersion, Artefacto, Augment, Magic Leap et toutes les autres) ont encore quelques bons stocks d’idées dans leurs cartons, jusqu’aux effets assez marquants -même en 2015- des hologrammes. Preuve qu’on en est seulement aux prémices de la « RA » comme disent les spécialistes : même en arpentant les allées de la Mecque de l’usage innovant (comprendre « le Consumer Electronics Show »), on trouve à ce stade assez peu d’usages clairs et convaincants de ces technologies émergentes, comme le relate l’expert Grégory Maubon dans cet article. Mais déjà, un puissant acteur dans le domaine, Orange, sait quand-même nous faire rêver avec un aperçu des promesses qu’on peut attendre dans le domaine (voir la vidéo).

« Stratégie technique » ?

Quel que soit l’angle par lequel on aborde la question de l’innovation, technologies, usages et stratégies sont désormais tellement imbriqués qu’il serait vain de vouloir dresser une cloison hermétique entre ces concepts. Comme le prône le scientifique Carlos Moreno dans ses conférences sur les smart cities, la tendance globale est plutôt au décloisonnement et à la transversalité ! Ce constat m’inspire deux observations d’ordre sémantique, sur des termes assez triturés par les évolutions sociétales actuelles. On a tendance à vouloir dresser –au moins en langue française– une cloison bien hermétique entre la communication (au sens relations publics, image, médias,…) et la communication (au sens IT, informatique, transmissions,…). Idem entre les réseaux au sens relationnel (réseaux diplomatiques, réseaux de décideurs, réseaux d’alumni,…) et les réseaux au sens technique (Local Area Network, Wide Area Network, ethernet, Wi-Fi,…).

La stratégie et la technique se mélangent aujourd’hui dans un ensemble très large d’interconnections humaines très intégrées toujours à la frontière du réel et du virtuel. Alors arrêtons de vouloir tracer des frontières qui n’existent plus !

Une réflexion au sujet de « La technologie, locomotive d’innovation »

  1. A Héphaïstos les forges de l innovation nous partageons cette analyse. Et nous pensons aussi que nous sommes à une période bénie où la technologie ne se connaît pas de limite. La conséquence est la multiplicité des choix possibles pour chercher une innovation technologique ce qui n est pas économiquement viable. Notre approche consiste donc à relier usage et business model démontrés pour guider la R&D dans ces choix multiples. Heureux d en discuter avec qui cela intéresse

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s